Votre catalogue est presque fini. Presque, parce qu’il vous reste encore une étape à franchir. Le design de sa couverture est validé et la mise en page de chacune de ses pages a été revue minutieusement. Oui, mais :

  • Quel grammage papier allez-vous choisir ?
  • Pour la couverture ?
  • Pour les pages intérieures ?

Vous hésitez. Votre budget com’ n’est pas extensible à l’infini.

Pourtant, difficile d’imaginer, par exemple, un catalogue de produits de luxe dont la couverture a un grammage de 135 gr/m2 et les pages intérieures, un grammage de 70 gr/m2. Ah bon, dites-vous.

Et pourquoi donc ? C’est quand même moins cher que d’autres grammages et vos produits sont tout aussi bien mis en valeur.

Le croyez-vous vraiment ? Écoutez-nous un instant. Le choix du papier est aussi déterminant que tous les autres aspects de la conception d’un catalogue pour sa réussite.

Tel que, par exemple, la conception très étudiée de la couverture. D’où, au moins, trois principes à avoir toujours présents à l’esprit pour en avoir une bonne pratique.

 

Le grammage papier d’un catalogue est particulier

Définition du grammage papier

La première chose à considérer quand on s’intéresse au choix d’un papier, c’est son grammage. Ce n’est pas la seule, mais c’est la plus déterminante. On le définit en calculant le poids d’une feuille ayant une surface de 1 m2.

Plus ce poids est élevé, plus la feuille est considérée comme épaisse. Et inversement. En général, « l’épaisseur » d’une feuille de papier varie de 12 gr/m2 à 350 gr/m2.

 

Le grammage papier
Le grammage papier

 

Mais, attention, même si cela est commode, le grammage ne peut être totalement assimilé à l’épaisseur.  En effet, d’autres facteurs entrent en ligne de compte. Comme, par exemple, le type de fabrication, la densité de fibres de bois entrant dans la composition du papier ou encore l’ajout de produits spéciaux.

 

Le grammage papier propre au catalogue

L’expérience aidant, on a défini plusieurs classes de grammage en fonction de l’utilisation du papier. Par exemple, le grammage d’un papier journal se situe entre 36 et 45 gr/m2. A l’opposé, celui des cartes de visite est entre 220 et 350 gr/m2. Et, comme chacun sait, le papier pour imprimante varie de 70 à 100 gr/m2. L’usage le plus fréquent, dans ce domaine, étant celui d’un papier faisant 80 gr/m2.

Et le catalogue dans tout ça ?

Il faut naturellement distinguer la couverture des pages intérieures. Mais, globalement, un catalogue va utiliser un grammage papier entre 100 et 300 gr/m2. Toutefois, ces limites ne sont pas infranchissables. On trouve des catalogues avec moins et avec plus. Mais, c’est rare.

 

Le grammage papier d’une couverture n’est pas le même que celui des pages intérieures

Le  grammage courant pour une couverture de catalogue

Si on examine les statistiques, près de 80 % des clients des imprimeries choisissent pour leur catalogue une couverture ayant un grammage entre 200 et 300 gr/m2. Plus on se rapproche de la limite inférieure, plus le choix est « économique ». Plus on se rapproche de la limite supérieure, plus le choix est « qualitatif ». En effet, une couverture autour de 300 gr/m2 offre davantage de possibilités en matière de finitions qu’une couverture autour de 200 gr/m2.

 

Le grammage courant pour les pages intérieures d’un catalogue

Toujours si on regarde les statistiques, le choix de près de 82 % des donneurs d’ordre se porte sur des papiers allant de 90 à 170 gr/m2, avec une nette prédominance pour les papiers faisant 115 ou 135 gr/m2. Une chose est certaine, il est difficile de passer sous 90 gr/m2, car le verso risque d’apparaitre, par transparence, au recto. Pas très pratique et pas très qualitatif.

 

Le grammage courant pour les pages intérieures d’un catalogue
Le grammage courant pour les pages intérieures d’un catalogue

 

De même, il faut bien réfléchir avant de passer à des grammages élevés. A partir de 170 gr/m2, par exemple, ils impliquent de rainurer pour faciliter les opérations de pliage. Et, surtout, ils impactent directement le poids d’un catalogue et donc ses frais de distribution.

Rappelons qu’on obtient le poids d’un feuillet en multipliant sa surface par son grammage. Un feuillet de format A4, 21 cm x 29,7 cm, et de 80 gr/m2, pèse ainsi 4,99 gr.

 

Le papier d’un catalogue est en rapport avec la nature des produits ou des services présentés

Un des principes de base à respecter est qu’il doit nécessairement y avoir une concordance entre le choix du papier pour un catalogue et la nature du produit ou du service présenté dans le catalogue. En bref. Un produit ou un service de qualité doit nécessairement être soutenu par un papier de qualité.

Un produit ou un service ordinaire n’implique pas de papier extraordinaire.

 

Grammage du catalogue de luxe

Des produits ou des services dont la marque fait partie du secteur du luxe ou du « top business » implique des supports de communication concordants. Une discordance dans ce domaine peut être extrêmement préjudiciable en termes d’image, de commerce, et donc de  retour sur investissement marketing.

 

La couverture d’un catalogue de luxe

Une couverture d’un catalogue de luxe est forcément une couverture avec des finitions haut de gamme. Ce qui suppose, naturellement, un grammage élevé. En effet, rappelons qu’une finition haut de gamme se traduit, au minimum, par un pelliculage et des dorures à chaud ou du vernis sélectif.

 

1990 - Catalogue MATY Printemps-Ete #bijoux #montre #cover

 

Or, on ne peut guère envisager de telles finitions sur un papier souple. Autrement dit, comme on ne peut parler d’un papier rigide qu’à partir de 150 gr/m2, la couverture d’un catalogue de luxe ne peut jamais faire moins.

 

Pages intérieures d’un catalogue de luxe

Le grammage des pages intérieures d’un catalogue de luxe est, par principe, inférieur à celui de la couverture. Il est, naturellement, variable suivant le nombre de pages. Plus le catalogue comprend de pages, plus le grammage de ces pages peut être sensiblement inférieur à celui de la couverture. Cependant, il y a une limite qui ne peut être dépassée. 

C’est celle dont le franchissement aurait pour résultat de nuire à la qualité de l’impression. Un grammage insuffisant peut, en effet, se traduire par un mauvais rendu de la couleur des illustrations ou des photos ou encore par des phénomènes de transparence d’encre, entre recto et verso, bien peu qualitatifs.

A noter que les catalogues d’exposition doivent être placés dans la catégorie « catalogue de luxe ». D’ailleurs, de plus en plus, ils peuvent même carrément être considérés comme des beaux livres.

 

Grammage du catalogue de produits basiques

Même si les produits ou les services à présenter dans un catalogue sont basiques, il convient néanmoins de s’assurer de la bonne tenue du document dans son ensemble. Et il est possible de réaliser un catalogue pas cher , mais de qualité, comme celui ci-dessous.

 

impression-catalogue-a5.jpg

 

Couverture d’un catalogue pas cher

Elle n’a pas besoin d’être obligatoirement rigide, car on ne va pas y faire des finitions haut de gamme. Ce qui n’empêche pas qu’on puisse rechercher, quand même, un design attractif.

 

Catalogue fournitures de bureau, matériel © Catsai

 

 

Les pages intérieures d’un catalogue pas cher

Leur grammage est, en principe, là aussi, inférieur à celui de la couverture. Néanmoins, si la couverture a déjà un grammage peu élevé, il peut être préjudiciable d’avoir des pages intérieures dont la finesse va nuire à la lisibilité de la typographie.

A noter que de tels catalogues ne sont pas uniquement réservés à la présentation de produits ou de services basiques, ils peuvent aussi avoir un but purement utilitaire comme, par exemple, des catalogues de ventes aux enchères.

 

(Catalogues) Ventes aux enchères - Coutau-Bégarie- Coutau-Bégarie - Collection Jacques Martin 2 - samedi 4 juin 2005 - Paris hôtel Drouot - W.B.

 

Dans ce cas, même s’ils sont sommaires, il n’en reste pas moins qu’ils se doivent d’être lisibles et agréables à consulter. Au point qu’on peut même les rendre payants comme une brochure de théâtre…

 

Ce qu’il faut retenir

Un catalogue représente, en général, un gros investissement. Beaucoup de travail est nécessaire pour le composer et le mettre en page. Les contraintes budgétaires et les impératifs de gestion sont certes incontournables, cependant un choix de grammage uniquement fondé sur ces considérations peut remettre en cause l’ensemble d’une démarche marketing, dont le catalogue est un des piliers majeurs. 

Il est clair que le choix d’un grammage doit être en rapport avec les produits ou les services présentés et la marque qui les promeut, aussi bien pour ce qui concerne la couverture que les pages intérieures.

Par ailleurs, il faut également avoir conscience qu’il n’y a pas que le grammage à prendre en compte. Le grammage n’est qu’un des éléments qui déterminent la qualité d’un papier. Parmi ces autres éléments, sont au moins aussi importants que le grammage, par exemple, la blancheur du papier, son opacité ou son lissage.

Pour toutes ces raisons, il est plutôt bien venu de pouvoir se faire accompagner par une équipe de graphistes professionnels. Cette possibilité existe même avec des sites d’imprimerie en ligne quand ils bénéficient de l’appui d’une imprimerie traditionnelle. Dans ce cas, la réalisation d’un catalogue peut être faite au meilleur coût tout en pouvant profiter de l’expertise de professionnels reconnus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *