Comment fixer un poster ou une affiche sur un mur sans rien abîmer


Qui a expérimenté au moins une fois dans sa vie le dilemme posé par le fait de vouloir fixer un poster sur le mur de son salon sait de quoi il s’agit. Comment poser ce poster qu’on adore sans l’abîmer, ni abîmer le mur ? Parce qu’on se doute bien qu’il faudra un jour le retirer. Soit parce qu’on veut le remplacer par un autre. Ou par une affiche. Soit parce qu’on doit changer de logement.

Et là, horreur ! Suivant le mode de fixation, au moment de faire le changement, le poster se plie ou se déchire dans les coins. Ou encore. A la place du poster, on a désormais des trous du plus effet décoratif. En général, inutilisables pour le poster de remplacement et difficiles à faire oublier même une fois rebouchés. Alors que faire ? Ne pas mettre de poster ? C’est souvent ce qu’on finit par faire. Et c’est bien dommage. Car il y a des solutions. 

 

Fixer un poster non encadré

Les solutions dépendent de la manière dont on a préparé le poster avant de l’accrocher au mur. La façon la plus simple est de le faire sans l’encadrer au préalable. On achète le poster, on le sort de son tube de rangement, et hop, on fait de la place pour le mettre au mur. Inutile de dire que c’est le meilleur moyen d’avoir tout faux. 

 

Fixer un poster non encadré
Fixer un poster non encadré

 

Préparer le poster

Evidemment, quand on sort le poster de son tube, il est loin d’être plat ! C’est le moins qu’on puisse dire ! Plus on le déroule, plus il se remet « en boule » ! Avant donc d’aller plus loin, il faut lui laisser un minimum de temps de se mettre à plat et d’y rester.

Sans oublier avant de le manipuler de bien se laver les mains avec du savon de Marseille. C’est fou ce qu’on peut laisser comme traces de doigts par simple mégarde !

Fixer le poster au mur

Bon, le poster est presque plat. Reste à le fixer. Comme on peut ou en y réfléchissant un minimum.

Les fixations à éviter 

Ce sont celles auxquelles on pense immédiatement quand on veut faire vite. Quelles sont-elles ? Mais, ce sont, bien sûr, les punaises, les épingles, les agrafes, et même la pâte à dentifrice ou la colle UHU ! Trous dans le poster et salissures garantis ! Plus un poster qui a une fâcheuse tendance à rester gondolé et à avoir une triste mine. Bref, il faut penser à autre chose. 

 

Les fixations à éviter 
Les fixations à éviter

 

Choisir un bon mode de fixation

En général, on peut choisir entre deux modes de fixation : le ruban adhésif et le mastic :

Pour ce qui est du ruban adhésif, il ne s’agit pas de faire n’importe quoi. Sinon, le résultat, c’est celui du capitaine Haddock qui n’arrive jamais à se débarrasser d’un morceau de sparadrap qui lui reste toujours collé entre les doigts. 

Une des meilleures méthodes consiste à poser sur le mur des bandes d’adhésif de masquage que les peintres utilisent avant de peindre un mur. On les pose en carré sur le mur en respectant les dimensions du poster qu’on veut fixer. Ce n’est pas tout. Il faut aussi équiper le poster avec du scotch double face. La suite est facile à comprendre.

On pose le poster dûment scotché sur le cadre ou chassis d’adhésif de masquage. Le plus : le mur est totalement préservé et le poster reste intact quand on le change de place. Un petit inconvénient, néanmoins. On ne peut plus changer de mode de fixation et mieux vaut ne pas essayer de retirer le scotch double face. 

 

scotch double face
scotch double face

 

Si on veut éviter cet inconvénient et la préparation du mur avec de l’adhésif de masquage, on peut recourir au mastic de fixation. Attention toutefois, à bien le choisir. Un poster n’est ni une brique, ni un moellon ! Des pastilles de type Patafix ou Pattex qui ressemblent à de la pâte à modeler doivent suffire. 

 

mastic de fixation
mastic de fixation

 

Fixer un poster encadré

Si on veut valoriser son poster, le mieux c’est quand même de l’encadrer. On peut le faire de trois façons. Et, ça tombe bien, quelle que soit la façon choisie, les modes de fixation sont les mêmes.  

Choisir un encadrement tout fait

Une des trois façons consiste à se rendre dans le magasin, d’une marque de bricolage quelconque, le plus proche, d’aller droit au rayon déco et de se planter devant les cadres tout faits qui y sont exposés. Là, il faut espérer avoir dans la poche les dimensions exactes du poster à encadrer.

Et puis, comme le rayon passe-partout et Marie-Louise n’est pas loin, ça peut être bien de compléter son cadre, avec l’une ou l’autre, ou les deux. Mais, pour ça, il faut avoir réfléchi un instant à la largeur qu’on veut lui donner. Laquelle va automatiquement accroître les dimensions du poster. 

Faire faire un encadrement pour fixer un grand poster

Bon, même si le magasin de bricolage est habituellement bien achalandé, on ne va pas forcément y trouver l’encadrement parfait. En tout cas, pas celui dont on rêve pour le superbe grand poster avec de belles moulures qu’on veut mettre en bonne place sur le meilleur mur de son salon. Et puis, tant qu’à faire, on veut que cet encadrement soit bien en harmonie avec le style de son salon. Avec ses meubles, son papier peint, ou même des plantes vertes comme des caoutchoucs.

Sans compter qu’en plus, on n’a aucune envie, mais alors pas du tout, d’avoir le même cadre que tout le monde. Et là, il n’y a qu’une solution possible. Il faut aller voir un encadreur, lui montrer le poster, lui décrire le style de la pièce où on veut le mettre, et il saura proposer les baguettes qui vont bien. Ajoutons que cette solution est quasiment incontournable dans le cas d’une affiche de collection ou d’une rare lithographie.

 

Faire faire un encadrement pour fixer un grand poster
Faire faire un encadrement pour fixer un grand poster

 

Adopter le mode kakemono

Dernière possibilité. Sans doute la moins coûteuse. On met une baguette en haut et en bas du poster et sur la baguette du haut on fixe un cordon qui servira à suspendre le poster à un crochet fixé dans le mur. Voilà, on a un kakemono. Reste, évidemment, qu’il faut bien fixer les deux baguettes sur le poster. Et là, il faut bien admettre que c’est souvent irrémédiable.

 

Adopter le mode kakemono
Adopter le mode kakemono

 

Poser une fixation dans le mur

Bon, en ce qui concerne les fixations proprement dites, on peut utiliser soit une cheville, soit un rail de cimaise. 

Cheville ou clou ?

Souvent on hésite entre une cheville et un clou. C’est qu’une pointe est plus facile à mettre qu’une cheville. On prend un marteau, on tape sur le clou et c’est terminé. Sauf que la plupart du temps, le clou ne s’enfonce que dans le revêtement en plâtre, le placoplâtre pour ne pas le nommer, et c’est tout. De sorte qu’il ne peut convenir à la rigueur que pour suspendre un kakemono. 

Pour supporter le poids d’un cadre, il faut nécessairement faire un trou dans le mur, y insérer une cheville, puis une vis seule, ou avec un crochet. Le problème, quand on fait cela, c’est de bien faire le trou au bon endroit. Mieux vaut ne pas se tromper. Sinon, le mur aura tôt fait de ressembler à un gruyère. Et dans ce cas, le poster encadré est bien utile pour cacher le désastre. 

 

Poser une fixation dans le mur
Poser une fixation dans le mur

 

Rail de cimaise en aluminium ou en matériau composite

Le rail de cimaise règle tout. On le fixe au plafond ou sur une poutre. Et tout est bien. On met autant de cordons que nécessaire entre ce rail et le cadre à suspendre. Nul besoin de faire de trou dans le mur. Et on règle la hauteur du cadre autant qu’on le veut. En hauteur, naturellement, mais aussi en largeur, à supposer qu’on veuille ajouter d’autre cadres. Sur le même mur et le même plan.

 

En résumé

Fixer un poster ou d’une affiche sur un mur ou plusieurs murs est un excellent moyen de donner du cachet à un logement. On peut en trouver de bons exemples sur Pinterest. Face à cela, la question de faire ou de ne pas faire un trou dans le mur est toute relative.

D’autant que si le mur est tapissé, le trou de fixation peut être dissimulé avec la languette de la tapisserie qu’on aura pris soin de réserver au moment où on a fait le trou dans le mur. Aucun risque que d’éventuels hétéroptères viennent s’y nicher et y pondre.

Par ailleurs, ce genre de trous est, en général, prévu par les contrats de location et doit être pris en compte dans les états de lieux au même titre que le degré normal d’usure. 

Bref, rien ne s’oppose vraiment à décorer son logement avec de beaux posters ou de belles affiches. C’est toujours bon pour le moral et, avec un peu de réflexion, les inconvénients liés à leur fixation sont, en réalité, de bien minces obstacles.

De sorte que s’en priver, pour cette raison, est bien triste. Si on arrive à passer outre. On peut même faire mieux en faisant en sorte d’avoir des posters entièrement personnalisés. Tirés, par exemple, de son album photo. C’est très facile et peu cher qund on fait appel à un bon imprimeur en ligne.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *