A l’heure d’internet, est-il encore utile d’imprimer des dépliants touristiques ?

Toutes les études le montrent : aujourd’hui, un voyage se prépare via un site web.  Alors, à quoi bon faire un dépliant touristique inspirant ?  Pourquoi y consacrer une part, même infime, d’un budget publicitaire toujours trop lourd ?

En vérité, les choses ne sont pas si simples. Les dépliants touristiques ont encore de beaux jours devant eux.  Leur présence est indispensable sur place. Plus que jamais, il faut les concevoir avec soin et avec le souci d’une grande qualité.

 

Les imprimés touristiques ont la côte

A cet égard, une récente étude de l’Université de Bentley est sans ambiguïté.

Près de 80 % des touristes consultent Internet de très nombreuses fois avant de partir en voyage, mais une fois sur place, l’imprimé touristique a leur préférence, par rapport à tout autre support de communication.

 

Appli mobile, peu pratique, sur place :

L’utilisation d’internet n’est finalement guère pratique quand on se déplace. Surtout, quand on se déplace en groupe. 

Personne n’aime prêter son smartphone à quelqu’un d’autre pour qu’il visualise, par exemple, une information sur un site touristique. On ne sait jamais, en le manipulant, il peut tomber sur des informations privées qui ne le concernent en rien.

Il peut aussi  le faire malencontreusement « bugger ». Pire il peut abîmer votre précieux outil technologique.

 

Forte valeur ajoutée du dépliant :

 

  • Un dépliant pris sur un présentoir dans le lobby d’un hôtel, sur une table à l’entrée d’un restaurant ou sur un coin de comptoir d’un café-bar est nettement plus attractif.

 

  • En général, il s’accompagne d’un commentaire circonstancié et positif du professionnel ; hôtelier, restaurateur ou barman. Il est de la région et si le site touristique ne valait pas la peine de s’y rendre, il n’en aurait pas exposé le dépliant dans son établissement.

 

  • Il peut, ensuite, être facilement partagé avec le reste du groupe avec lequel on voyage. L’étude précitée fait ainsi ressortir qu’un dépliant est au moins lu par 2 à 4 personnes, en plus de son premier lecteur. Il arrive que ce nombre puisse même aller jusqu’à 8 !

 

  • Plus que sur internet, l’information qui figure sur un dépliant touristique est prise au sérieux. Plus des deux tiers des personnes qui font le geste de prendre un dépliant vont le traduire ensuite en projets concrets. Quel média peut faire mieux en termes de taux de conversion ?

Comme l’écrit l’auteur de l’étude, Ian Cross :

« Il est évident qu’à l’arrivée les brochures apportent clairement un « plus »,  aussi bien aux visiteurs qu’aux professionnels. »

 

dépliant touristique inspirant
L’arme ultime pour faire venir votre visiteur : le dépliant touristique inspirant

 

Autrement dit, ce qu’il faut retenir de cette étude et d’autres du même genre, c’est que :

  • Prétendre que les médias imprimés  ne sont utilisés que par des personnes « old school » est un mythe.

 

  • Affirmer, de même,  que la préparation d’un voyage n’ a aucunement besoin de ces médias est tout aussi faux.

 

 

Faire un dépliant touristique inspirant

A partir du moment où, en tant que professionnel, gérant une destination, vous êtes pleinement conscient de l’intérêt qu’il y a, à la faire connaître avec un dépliant touristique approprié, via le canal des hôtels, des restaurants et des cafés, vous ne pouvez qu’accorder la plus grande attention à sa conception.

Vous vous devez de réfléchir à sa place, par rapport aux dizaines d’autres et à la manière dont vous allez inciter les visiteurs à sélectionner votre dépliant, plutôt que ceux se situant à côté. D’ailleurs, les deux choses sont liées.

Le professionnel du tourisme ne cherche pas à mettre en évidence un dépliant peu attractif, alors qu’il est poussé à le faire, si celui-ci est bien fait.

Et n’oubliez pas que :

« Les meilleurs médias sont ceux que vous créez vous-mêmes pour communiquer avec vos clients. »

comme le précise Steff StratègeMarketing.

A condition que vous teniez compte de quelques règles faciles à suivre.

 

 7 règles à suivre pour créer un dépliant touristique inspirant

Nombre de volets du dépliant touristique :

Choisir le nombre de volets de votre dépliant.

Vous pouvez vous inspirer de modèles existants. PrintBasPrix vous propose l’ impression de dépliants avec deux, trois ou quatre volets.

 

Maquette de votre dépliant touristique :

Faire une maquette avec une ou plusieurs feuilles blanches  A4 pliée(s) selon le nombre de volets souhaités pour le dépliant. Tracer au crayon :

  • Première page ;  les deux ou trois informations les plus importantes, le logo, le titre et un visuel.
  • Faces intérieures ;  plusieurs zones d’information hiérarchisées, alternant texte et visuels.
  • Dernière page ; les coordonnées du contact et des informations sur l’entreprise.

 

Ratio Image/Texte :

Accorder la même importance à l’écrit et au visuel. « Trop de texte tue le texte », mais aussi « trop d’image tue l’image ». Cependant, il est préférable que l’image précède le texte, plutôt que l’inverse.

Il va de soi qu’aussi bien l’une que l’autre doit être de qualité. Les photos doivent être suffisamment pixelisées. Quant aux textes, ils doivent être parfaitement rédigés. La syntaxe doit être précise et les phrases agréables à lire.

 

Mise en page :

Varier la mise en page en s’appuyant sur les accroches et en diversifiant les formats, les types d’illustration et les polices de caractère.  

Cela permet de distinguer les différentes sections du dépliant. C’est aussi une façon d’organiser et de baliser pour les lecteurs du dépliant un véritable chemin de lecture.

 

format, authenticité dépliant touristique inspirant
Maquette, volets, authenticité, ratio texte et plus encore de critères pour créer un dépliant touristique qui fera venir vos visiteurs

Authenticité :

Donner de l’authenticité au propos en reprenant des avis et des commentaires de personnes ayant une expérience des lieux à visiter.

Les formuler sous forme de « storytelling ». Il convient, toutefois, de veiller à ce que cette formulation soit fluide et expressive.

 

Vraies Photos 

Préférer les photos de visiteurs, type Instagram, en indiquant leur origine, plutôt que des photos « bateau », non sourcées.

Il est cependant nécessaire à ce qu’elles aient toujours un « look » très professionnel. Il est, en général, facile de se les procurer directement auprès de leurs auteurs et à peu de frais.

 

Appel à l’action :

Intégrer des éléments « CTA » ou « Call To Action » sous forme, par exemple, de questionnaire, de jeux ou de coupons de réduction. C’est un excellent moyen de mesurer l’impact du dépliant et de le faire évoluer pour l’améliorer.

C’est aussi une façon d’engager le visiteur dans un cycle concret d’adhésion vis-à-vis du produit ou du service touristique.

 

 

Imprimer le dépliant

L’impression du dépliant est une phase aussi capitale que sa conception. Elle ne peut être laissée au hasard. Les textes et les illustrations sont un facteur d’attractivité essentiel.

L’aspect global du dépliant, les sensations qu’il peut procurer au toucher, voire même à l’odorat, le sont aussi. Pensez à ces publicités dans les magazines life style qui offrent à leur lecteurs des fragrances de parfum, dans de petits sachets encartés sur une « belle page ».

Autrement dit, un dépliant se lit, se voit, se touche, s’entend et même, se sent !  Comme l’écrit Mérédith Bague, rédactrice spécialisée dans les études sur le secteur touristique :

« Souvenez-vous des sensations que l’on éprouve à l’ouverture d’une enveloppe, au dépliage du papier, à sa texture, sa teinte, son odeur. Oui, le papier est un support de communication sensuel ! »

 

Choix du papier

 

Outre les effets sensuels qu’on peut en attendre, le choix du papier va, notamment, dépendre des objectifs assignés au dépliant. Il est nécessaire, pour cela, de bien réfléchir aux caractéristiques des utilisateurs, au contexte dans lequel il va être distribué de même qu’à sa durée de vie.

De ce fait, un dépliant utilise un papier, plus ou moins souple ou luxueux.PrintBasPrix propose, par exemple, des grammages entre 90 gr et 350 gr.

 

Charte graphique

Le dépliant n’est évidemment pas le seul outil de communication à la disposition des professionnels du tourisme. Leur panoplie comprend, en général, des pages web, des affiches, des kakémonos, des cartes de visite, des flyers, du papier avec en-tête, etc.

De l’ensemble de ces outils se dégage une harmonie ou une identité visuelle.  C’est ce que formalise une charte graphique.  Celle-ci peut être plus ou moins développée.

Il n’en reste pas moins que selon la définition de l’encyclopédie illustrée du marketing  :

« La charte graphique est un guide comprenant les recommandations d’utilisation et les caractéristiques des différents éléments graphiques (logos, couleurs, polices, typographies, symboles, calques, …) qui peuvent être utilisés par les différents supports de communication de l’entreprise. »

 Un  dépliant touristique se doit donc de respecter la charte graphique, formelle ou informelle, de l’entreprise qui l’utilise comme outil de communication. C’est une manière pour chaque outil de profiter de la redondance graphique portée par tous les autres supports utilisant la même charte.

N’oubliez pas que la répétition est un des piliers de l’action publicitaire.

 

Règles d’impression

Comme pour tout  travail d’impression, il faut respecter un certain nombre de consignes techniques. C’est la seule façon d’obtenir le meilleur rendu.

L’équipe graphique de PrintBasPrix les a résumées dans un petit guide téléchargeable d’aide à la PAO. Ce guide va vous aider à faire la différence entre les fichiers RVB et CMJN. Elle est essentielle pour définir votre mode colorimétrique et passer à l’impression offset.

Vous saurez ce qu’est une impression optimisée, une défonce ou une surimpression. Il précise enfin ce qu’il faut entendre par polices de caractère vectorisées ou incorporées et quelles mentions sont obligatoires.

 

Pour conclure …

Il est certain qu’aucune page web ne peut prétendre avoir la qualité sensuelle d’un imprimé réalisé avec art. C’est ce qui confère au dépliant un avantage comparatif irremplaçable.  Cela dit, cela vaut, surtout, à un moment précis, à un endroit précis !

Il est, par conséquent, indispensable de bien penser votre marketing mix en veillant à mettre chacun des outils de communication en synergie les uns avec les autres.

3 comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *