Flyer ou flier ? la question peut surprendre.

Pour un francophone, la réponse paraît évidente :

Un flyer est un tract ou un prospectus publicitaire.

En mieux. Un flier, c’est la même chose, mais avec une orthographe originale.

Oui, mais pour un anglophone, ce n’est pas si simple. Une confusion peut donc s’installer.

Un francophone, confronté à la littérature anglophone ou impliqué dans une conversation se déroulant en anglais, peut ainsi se trouver soudain démuni. A tel point, qu’il peut mal comprendre ce qui lui est dit et faire un contre sens.

Plutôt ennuyeux comme situation. Essayons d’y voir clair.

Une fois de plus, la langue anglaise n’est pas aussi simple qu’on aimerait le croire et elle a autant de subtilités que la langue française.

 

Les deux sens principaux de flyer ou de flier

Première chose à retenir, quelle que soit l’orthographe utilisée, le mot flyer ou flier peut avoir plusieurs sens. C’est une illustration de plus de la plurivalence de la syntaxe anglaise. 

Cependant, il a principalement, soit le sens de  » personne ou de chose qui vole « , soit, plus précisément, celui de « feuille volante ».

 

flyer pour un festival de cinéma
Flyer pour un festival de cinéma

 

  • Un pilote est donc un « flyer » ou un « flier ». Les voyageurs qui prennent l’avion sont aussi des « flyers » ou des « fliers ».

Les publicités des compagnies aériennes internationales utilisent l’expression de manière récurrente pour promouvoir leurs programmes de fidélité.

C’est d’ailleurs à elles que l’on doit sans doute la généralisation du mot flyer avec son orthographe spécifique.

Difficile de revenir sur un choix orthographique qui s’apparente aussi à un choix marketing.

Le fait est que « fly » évoque irrésistiblement les avions, même si le même mot est aussi employé pour désigner une mouche.

 

  • En imprimerie, le flyer ou le flier correspond à tout document d’une page et de petite taille qui ne nécessite pas d’être relié et qui, le cas échéant, est simplement plié en un nombre limité de volets.

Dans le monde anglophone, le flyer ou flier est une catégorie de document distincte de ces autres catégories que sont la brochure, le leaflet, le pamphlet, le book ou la newsletter.

De ce côté-ci, le leaflet est ni plus ni moins qu’un flyer « travaillé » ou « design ».

Mais ce peut être aussi un pamphlet !

Alors, attention aux interprétations hâtives.

Un « pamphlet » anglais n’a ainsi strictement rien à voir avec un pamphlet français.

Dans ce cas, c’est un flyer « travaillé » et « étoffé » qui peut ressembler à une note de service.

 

Flyer ou flier ?

Quelle orthographe choisir ? Flier a longtemps été l’orthographe privilégiée dans un cas comme dans l’autre. Cependant, surtout aux États-Unis.

En effet, l’orthographe « flyer » était plutôt utilisée en Grande-Bretagne alors que l’orthographe « flier » était plutôt propre au Nouveau Monde.

 

C’est ce qu’on pouvait déduire des positions prises sur le sujet par des organisations aussi sérieuses que l’Associated Press ou The Economist.

La première, de nationalité américaine, recommandait ainsi « flier » tandis que la seconde, de nationalité anglaise, recommandait, « flyer ».

Cette position se retrouve avec d’autres mots tels que le mot « pneu » traduit par « tire » aux États-Unis et « tyre » en Grande-Bretagne.

 

Aujourd’hui, l’orthographe « flyer » s’est imposée sur l’un et l’autre continent. Depuis 2017, dans son AP Stylebook qui fait référence dans le secteur de l’édition, l’Associated Press fait cause commune avec the Economist.

« Flyer » s’utilise donc désormais aussi bien pour désigner un tract publicitaire que le bénéficiaire d’un programme de fidélité mis en œuvre par une compagnie aérienne.

 

Quand utiliser flyer ou flier ?

Bien que l’orthographe flyer se soit imposée, on ne reprochera à personne de recourir au mot flier.

Il est tout aussi exact.

Cependant, il est préférable de s’en tenir à une seule orthographe dans le corps d’un texte.

En effet, commencer par « flyer » et poursuivre avec « flier » dans le même texte ne peut être que source de confusion.

Par souci de cohérence, mieux vaut donc toujours utiliser le même mot, en l’occurrence « flyer ».

 

Les autres sens du mot flyer

Se débrouiller avec les deux sens principaux du mot « flyer », c’est déjà bien assez pour beaucoup de locuteurs francophones pour qui la langue anglaise reste un mystère.

Mais, « flyer » peut avoir d’autres sens que celui de tract ou de passager aérien.

 

Un flyer en forme d'avion qui vole
Un flyer qui vole

 

En effet, d’autres expressions telles que »high flyer », « to take a flyer » ou « it is a good flyer » utilisent couramment ce mot. Et là, rien à voir avec l’imprimerie ou l’aviation.

 

  • « high flyer »

On rencontre souvent l’expression telle quelle dans des textes francophones.

Elle fait référence à des professionnels dont les qualités sont réputées de haut niveau et promis à un brillant avenir.

Dire d’un cadre, par exemple, que c’est un « high flyer« , c’est indiquer qu’il s’agit d’un cadre à haut potentiel ou de haut vol.

Cette catégorie de professionnels constitue la cible privilégiée des cabinets de « chasseurs de têtes » et concentre l’attention des services spécialisés de gestion de carrière des grandes entreprises.

 

  • « to take a flyer »

Voilà une expression qu’on peut également rencontrer dans un document anglophone.

Gare au contresens ! 

Il ne s’agit en aucune façon de prendre ou d’avoir à prendre un tract publicitaire.

Non, dans ce cas précis, la locution a une signification toute autre.

 

En fait, elle signifie que le sujet concerné prend un risque.

Elle est équivalente à l’expression  » to take a risk » !

Rien à voir donc avec un flyer publicitaire ou un programme de fidélité d’une compagnie aérienne.

 

  • « it’s a good flyer »

Si votre interlocuteur est d’origine anglophone, vous risquez là aussi de vous empêtrer dans des malentendus.

Surtout si votre connaissance de la langue anglaise est plus superficielle que vous ne pensez.

En l’occurrence, il ne vous parle pas du flyer que vous lui avez montré il y a quelque temps pour promouvoir le business que vous êtes en train de lancer ensemble.

Non, il pense que ce business devrait rapporter gros. C’est pourquoi il vous dit que ce business est  » a good flyer « .

 

Vous voilà avisé, vous pouvez fly to be free 🙂

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *