Votre exposition est désormais programmée. Vous avez noué tous les contacts nécessaires et vous avez réservé le lieu où elle va se tenir. Le plus dur reste à faire : le catalogue d’exposition.

Vous le savez, aujourd’hui, un catalogue d’exposition, c’est un facteur clef de succès de l’exposition elle-même. Or, suivant la nature de votre exposition, vous avez le choix entre plusieurs types de catalogue. Mais, quel que soit ce choix, ils se présentent, en principe, toujours de la même façon.

Et, si vous voulez faire les choses en grand, transformez carrément votre catalogue d’exposition en livre d’exposition.

 

Les différents types de catalogues d’exposition

Certes dans catalogue d’exposition, il y a catalogue, mais un catalogue d’exposition a bien peu de choses à voir avec un catalogue justement. Le catalogue habituel est quelque chose de fonctionnel, d’attractif et de valorisant pour la marque qui l’édite. Et croyez-le bien de toujours « dans le vent » ! Pour vous en convaincre, pensez seulement au catalogue Ikea.

Dites-vous bien que ce n’est pas pour rien qu’Ikea, bien connue pour ses méthodes de gestion au millimètre, en imprime chaque année plus de 200 millions d’exemplaires qu’elle distribue dans plus d’une centaine de pays. Elle doit bien y trouver son intérêt ! Maintenant, prenez la peine de regarder comment ce catalogue est fait.

Voyez combien la couverture est bien travaillée. Mais, vous voyez bien aussi que vous ne pouvez pas concevoir votre catalogue d’exposition de la même façon.

 

Les trois sortes de catalogue d’exposition

Les catalogues d’enchères et les catalogues de vente

En fait, on peut distinguer trois types de catalogue d’exposition suivant la finalité de celle-ci. On a, tout d’abord, le catalogue de vente et le catalogue d’enchères, qui veulent bien dire ce qu’ils veulent dire. La Gazette Drouot, le catalogue de ventes aux enchères du célèbre hôtel des ventes parisien Drouot, en fournit un bon exemple.

Et pour en concevoir un « tout pareil », on peut s’inspirer des brochures pas cher qu’on peut trouver sur un bon site d’imprimerie en ligne.

La Gazette Drouot Couverture

Quant au catalogue de vente d’une galerie, il peut être très proche du catalogue raisonné édité par un musée, dont on parle ci-après. Mais, encore trop souvent, malheureusement, il n’est guère plus qu’une liste d’œuvres à vendre. Assez peu, voire pas du tout, illustrée. Cela se comprend.

Un beau catalogue d’exposition peut être coûteux et les moyens d’une galerie ne sont pas ceux d’un musée. Cependant, on peut quand même faire une jolie catalogue pas cher avec un imprimeur en ligne. Et, puis, surtout, il peut donner lieu à de très belles presentations numériques.

Mais, pour ce qui est du catalogue raisonné de collections. Là, c’est un tout petit peu plus compliqué. En général, il s’agit d’un catalogue édité par une institution ou un musée. On parle d’ailleurs de catalogue d’art.

Le dessin sans réserve - Collections du Musée des arts décoratifs - Catalogue d'exposition

Leur réalisation est très soignée et suit des étapes très précises. Comme, on peut en avoir une idée, par exemple, avec le catalogue réalisé par le musée des Arts Décoratifs de Paris pour faire connaître la richesse de ses collections de dessins.

 

Créer un catalogue d’art

Un catalogue d’art ou d’exposition proprement dit a une triple fonction : il sert à valoriser l’évènement à l’occasion duquel il est édité, à magnifier les œuvres dont il rend compte et a pour objectif de faire date. On le voit, la mission est d’envergure.

 

Catalogue de qualité pour expo de qualité

Il est évident que la qualité du catalogue d’une exposition organisée par un musée ou une institution contribue à souligner la qualité de l’exposition elle-même. Et ce faisant, de ses organisateurs. Entre autres, élus, conservateurs, agents du service culturel, mécènes et sponsors. N’oublions pas que le catalogue, c’est ce qui reste quand l’évènement est passé.

C’est aussi le cadeau qu’on offre aux visiteurs de marque. D’où l’intérêt de prévoir des tirages « Hors Commerce« , dédicacés, mais aussi des tirages « collector« , pour le grand public.

Valoriser l’évènement est une chose, valoriser les œuvres en est une autre. On peut dire sans se tromper que des œuvres bien valorisées dans un catalogue valorisent l’évènement par la même occasion. Bon, très bien, mais qu’est-ce que c’est que des œuvres bien valorisées ?

Certes, il est bien difficile de tout mettre dans un catalogue, mais on doit quand même s’y efforcer. Et quand on met une œuvre en illustration, il vaut quand même mieux qu’elle soit visible et si possible en couleur. Ce n’est pas tout. Il faut aussi que chaque œuvre soit correctement légendée.

 

Le catalogue raisonné, le top des catalogues d’exposition

Tendance récente, mais tendance affirmée, les catalogues d’exposition deviennent de plus en plus des outils de référence. Les œuvres qui y sont répertoriées se voient garantir automatiquement leur authenticité. Nul besoin de passer par un expert si, par bonheur, bien des années après, l’un des heureux possesseurs d’une des œuvres ainsi identifiées veut en connaître la cote.

Bien sûr, indépendamment de cet aspect, non négligeable, le catalogue raisonné permet aussi de situer l’œuvre dans son contexte pictural.

 

Paul Gauguin: Catalogue Raisonné of His Prints.: Mongan, Kornfeld and Joachim.

 

Pour illustrer ce dernier point, on peut prendre comme exemple, une lithographie de Paul Gauguin. L’estampe intitulée « Les Dieux » a été tirée à 100 exemplaires. Elle figure sous le numéro 53 du catalogue raisonné édité par la galerie suisse Kornfeld en 1988. Preuve indiscutable de sa provenance et de sa qualité. A noter qu’aujourd’hui, le catalogue a presque autant de valeur que la gravure elle-même …

 

les différentes parties d’un catalogue d’exposition de qualité

Si un catalogue d’exposition peut être lui aussi considéré comme une œuvre d’art, c’est qu’il rassemble des données inestimables d’une façon très esthétique. Font ainsi l’objet d’un soin tout particulier :

    • La couverture : elle situe l’exposition dans le temps et l’espace, de manière attractive.
  •  
    • La page de garde : c’est celle des remerciements et des hauts patronages. A ne pas négliger.
  •  
    • les textes : ils font le récit de la geste picturale de l’artiste exposé. Ils sont rédigés par des historiens de l’art ou de fins connaisseurs de l’artiste et de son environnement.
  •  
    • les reproductions : naturellement, elles se doivent d’être significatives et d’une qualité irréprochable. Cela d’autant plus que la catalogue peut lui-même être considéré comme une œuvre d’art.

 

  • Portfolio Corsi Ilas - Marco Santorelli, Docente progettazione: Alessandro Cocchia, Docente software: Rosario Mancini, Categoria: Graphic Design - © ilas 2015
    • la bibliographie : elle illustre la démarche heuristique dans laquelle s’inscrit tout catalogue raisonné et ajoute à sa valeur.

 

Imprimer un catalogue d’exposition peinture

Et pour cela, l’éditeur va jouer avec toute la palette d’outils graphiques à sa disposition, comme par exemple :

  • Le choix du format,
  • Celui du papier,
  • Ou encore, le choix des finitions.

Un format original, un papier d’art, des finitions haut de gamme, on le sait, sont des moyens qui renforcent, naturellement, l’idée de qualité qu’on se fait d’une exposition ou de quelque chose à ne pas manquer. Pour une bonne et simple raison. C’est qu’il est difficile d’imaginer qu’un éditeur fasse tous ces efforts de présentation si ce n’était pas le cas.

 

Éditer un livre d’artiste peintre

Passer à l’étape suivante, c’est celle qui consiste à passer de celle du catalogue d’exposition à celle du livre d’exposition, comparable au livre d’artiste-peintre. Et là, une chose est certaine, les éditeurs de catalogues d’exposition sont de plus en nombreux à la franchir. Comme le disent des observateurs bien avertis du secteur :

Les catalogues d’exposition, qui, il y a une trentaine d’années, sauf à de rares exceptions, se contentaient d’énumérer les œuvres exposées, sont devenus, en même temps que des outils scientifiques indispensables, faisant le point sur l’état de la recherche, de superbes albums, représentant une concurrence redoutable pour tout livre traitant le même sujet.

 

DessinOriginal.com

Du fait de cette convergence entre les beaux catalogues d’exposition et les beaux livres, on n’est pas surpris de voir également apparaître des prix qui leur sont spécifiquement réservés comme, par exemple, le prix Catalpa.

Celui-ci a été créé par l’association « Les arpenteurs d’exposition« , en 2012.

Léonard de Vinci | Beaux Arts

Le prix 2019 a été remporté par le catalogue de l’exposition « Léonard de Vinci » co-édité par les éditions Hazan et le Musée du Louvre.

 

En résumé :

On peut toujours se contenter de faire un catalogue d’exposition « à l’ancienne », c’est-à-dire proche d’une simple liste illustrée d’œuvres d’art. Toujours très utile. Cependant, c’est se couper des nouvelles attentes du public. Rappelons que la fréquentation des musées ne cesse d’augmenter et que les visiteurs adorent repartir avec un souvenir de ce qu’ils ont vu.

Par conséquent, investir dans la réalisation d’un beau catalogue d’exposition n’est jamais perdu. Bien au contraire. C’est désormais quelque chose que l’on garde, que l’on collectionne même, et dont la valeur s’affirme d’année en année. Alors, dans ces conditions, si on en a en tête de produire un tel catalogue, il ne faut pas craindre de se rapprocher des graphistes professionnels d’une imprimerie en ligne qui peuvent aider à en faire un objet d’art exceptionnel.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *