Votre patron vient de vous demander de faire un leaflet. Ou bien, votre imprimeur vous a demandé si vous préfériez faire un leaflet ou un flyer.

Dans les deux cas, vous avez répondu que vous alliez y réfléchir et trouver la meilleure solution. Seulement voilà. Vous avez bien entendu parler de leaflet, mais jusqu’à présent, vous n’y avez guère prêté d’attention.

Pour vous, les imprimés commerciaux, ce sont principalement des flyers, des dépliants, des brochures et des catalogues. Et puis, c’est tout.

  • Vous ne voyez rien d’autre quand il s’agit de faire un imprimé commercial. Alors un leaflet ? 
  • Qu’est-ce que ça peut bien être ?
  • Qu’est-ce que ça peut faire de plus ou de moins que les autres documents publicitaires ?
  • Et, bien sûr, comment faire ça ?

Commençons, donc, par la définition de leaflet.

 

Qu’est-ce qu’un leaflet ?

Eh, bien, on est bien embarrassé pour donner une définition d’un leaflet. Pourquoi ?

Parce que la plupart du temps, on vous dit que c’est la même chose qu’un flyer. Flyer, tout le monde connaît l’expression. Alors que leaflet, on l’a vu, ce n’est pas le cas.

Et, en plus, ça se prononce moins bien. Il y aurait ainsi deux expressions pour désigner une même chose, l’une, populaire, l’autre, simplement, plus « soutenue », comme disent les grammairiens.

On pourrait s’arrêter là, mais la question posée est un peu complexe qu’il n’y paraît.

 

Et d’abord, que signifie leaflet ?

que signifie leaflet
Que signifie leaflet?

A y regarder de près, le mot « leaflet » se compose de deux mots : « leaf »et « let ». Le premier signifie « feuille » et le second « laisser ».

Voilà qui est clair. Un leaflet est une feuille qu’on laisse.

Un flyer, quoi !

Ce qui nous renvoie au paragraphe précédent. Quant aux professionnels du marketing, ils ne semblent guère intéressés par une quelconque distinction.

Un leaflet est un document publicitaire prenant la forme d’une feuille volante qui est laissé à disposition du public sur un comptoir, un stand ou tout autre emplacement. Un leaflet peut être de format et de grammage variable, mais est souvent au format A5.

se contente de nous dire l’encyclopédie illustrée du marketing.

Cependant, si on prend la peine d’aller plus avant dans la littérature sur la question, on s’aperçoit que le leaflet a bien une existence qui lui est propre et qui est distincte du flyer. Prenons les dictionnaires, par exemple.

Le dictionnaire Larousse français-anglais donne quatre sens au mot leaflet. Selon ce dictionnaire, un leaflet peut être un prospectus, un dépliant, un tract ou une notice.

Différents sens repris par Linguee, le site spécialisé dans les traductions. Ce dernier y ajoute même le « mode d’emploi » quand il traduit ainsi l’expression « instruction leaflet ».

Autrement dit, sous cet angle, un leaflet est un terme générique qui se situe en amont de termes plus plus précis comme, par exemple, flyer ou brochure, voire même étiquette. Un flyer ou une brochure est, de ce point de vue, la déclinaison d’un leaflet.

C’est son usage qui fait qu’on va le traduire par prospectus ou flyer. Ce qui dans l’exemple suivant, cité par Linguee, donne ceci :

En anglais, « the candidates handed out leaflets before the elections » ; en français, « les candidats ont distribué des tracts avant les élections ».

On l’aura compris, l’usage est fondamental dans la traduction du mot « leaflet ». Sur le plan marketing, c’est aussi l’usage qui détermine, au sens strict, la différence entre un leaflet et un flyer.

Usage à ne pas confondre avec l’habitude de reprendre un terme anglais sans aucune discrimination. A ce compte, leaflet peut devenir, comme dans certains réseaux de distribution, le mot utilisé pour parler d’étiquettes, simplement parce que le réseau est international et que ses documents commerciaux sont en anglais.

 

Leaflet vs. flyer

En résumé, un leaflet peut être, entre autres, un flyer. Mais, s’il est un flyer, et bien que tout flyer soit, par définition, un leaflet, il est, de par l’usage commun qu’on en  fait, un flyer d’un genre particulier.

C’est ce que nous allons voir maintenant, en le comparant à un flyer proprement dit.

Suivant l’usage commun, un flyer est plus basique qu’un leaflet. Sur 5 plans : le format, les informations, le design, les couleurs et le papier.

 

Format du leaflet

Format du leaflet.
Le format du leaflet.

Le format d’un leaflet peut varier du format A6 (105x148mm) au format A4 (210x297mm), en passant par le format A5 (148x210mm). Un leaflet est plutôt de grande taille et un flyer, plutôt de petite taille.

Mais, il n’y a pas de format obligé. Cela tient aux autres paramètres définissant un leaflet, et notamment les informations qu’on y trouve.

 

Informations du leaflet

Elles sont plus importantes que celles d’un flyer. En général, un flyer se contente d’annoncer un évènement, tandis qu’un leaflet tend à développer une argumentation.

Évidemment, dans ce cas, il faut plus de place, d’autant que selon la nature de cette argumentation, la mise en page va sans doute nécessiter l’intervention d’un graphiste.

 

Design du leaflet

Le design d’un leaflet est, en effet, beaucoup plus élaboré que celui d’un flyer. La typographie, l’agencement des informations, le choix des couleurs, entre autres, y sont beaucoup plus soignés que pour un flyer.

 

Couleurs du leaflet

C’est là que se voit, peut-être le plus, la différence entre un leaflet et un flyer. Un leaflet est presque toujours imprimé en quadrichromie.

Un flyer est presque toujours imprimé en une seule couleur. Un leaflet peut ainsi comporter des illustrations comme des photos. Un flyer, pratiquement jamais.

 

Qualité du papier du leaflet

Du fait de ces différences, le grammage d’un leaflet est naturellement de meilleure qualité que celui d’un flyer.

Pour ne prendre qu’un exemple, s’il s’agit de présenter une nouvelle gamme de produits, cela ne peut pas vraiment se faire sur le même papier que celui d’un flyer qui annonce la date d’un loto et qui décrit les gros lots attribués aux gagnants.

Par suite, compte tenu de toutes ces considérations, un leaflet est plus coûteux qu’un flyer, car sa fabrication est plus complexe. Et, en conséquence, son mode d’utilisation est forcément différent.

 

Comment utiliser un leaflet et un flyer ?

On ne distribue pas de la même façon un leaflet et un flyer.

Un flyer se distribue,en général, massivement et au hasard, dans la rue, sur les parkings, dans la zone de chalandise du point de vente ou de ce qui en tient lieu, et dans un laps de temps réduit. Ce qui compte, c’est l’effet massif, aléatoire et rapide.

Un leaflet se distribue, en général, de manière plus ordonnée qu’un flyer. C’est compréhensible. Un leaflet est plus coûteux qu’un flyer. On cherche donc à optimiser le plus possible son rendement. Pour cette raison, on va :

  • En déposer des piles dans des endroits stratégiques. Et ce sont les personnes intéressées qui en prennent les exemplaires au fur et à mesure. Ce peut être à l’accueil d’un point de vente, sur un présentoir de stand ou sur un comptoir bien placé.

 

  • Le distribuer, en porte à porte, dans le cadre d’une opération de géomarketing ou de boitage.

 

  • Ou encore, en glisser un exemplaire dans des journaux ou des magazines et profiter ainsi de leur diffusion ciblée.

 

Comment faire un leaflet ?

Compte tenu de ses spécificités, il est recommandé de faire appel à des professionnels pour faire un leaflet. Et sans avoir à se rendre dans les locaux d’un imprimeur, on peut aller sur des sites spécialisés comme PrintBasPrix.

Ce dernier présente des flyers personnalisables qui sont typiquement des leaflets. Il suffit de choisir le modèle qui convienne à ce que l’on veut communiquer, à le mettre à son goût, en se faisant aider, le cas échéant, par le studio graphique associé au site, et le tour est joué. Dans les plus brefs délais et à un coût réduit, par rapport aux prix habituels.

On peut, bien évidemment, être tenté par le « fait maison ».

Comment faire un leaflet avec word ?

Le logiciel de traitement de texte de Microsoft Office 365 offre la possibilité de créer son leaflet et de l’imprimer chez soi. Il suffit de cliquer sur l’icône Word. Puis, de rechercher, par exemple, le modèle qui corresponde à ses besoins et de cliquer sur la commande « créer », une fois celui-ci trouvé.

Ne reste plus alors qu’à remplacer les intitulés normés par ses propres textes qui se mettent automatiquement à l’emplacement et à la dimension voulus.

Cependant, trois remarques s’imposent :

  • Le nombre de modèles proposés par le logiciel peut paraître insuffisant.

 

  • Le résultat final peut ne pas être facilement transmissible à un imprimeur professionnel.

 

  • L’impression à la maison est doublement pénalisante.
    • A moins de disposer d’un matériel bureautique très performant, le rendu des couleurs risque, notamment, d’être extrêmement décevant. Pour une raison simple, c’est que les couleurs affichées sur un écran d’ordinateur utilisent le protocole de codification RVB, beaucoup moins précis que le protocole de codification CMJN en usage dans les imprimeries.

 

    • De plus, une impression à la maison ne vaut que pour de petits tirages. Dès que ceux-ci deviennent importants, les coûts, du papier et de l’encre, ont tendance à s’envoler.
L'impression à l'imprimerie professionnelle.
L’impression à l’imprimerie professionnelle.

Autrement dit, il n’est guère conseillé de vouloir faire un leaflet chez soi, si ce n’est en utilisant les templates proposés par les sites spécialisés, par exemple.

Mais là, le « chez soi » ne correspond plus à une fabrication « maison », au demeurant peu compatible avec la qualité d’un leaflet, mais une commodité permettant de commander, en ligne, des travaux à une imprimerie professionnelle, de chez soi et à n’importe quel moment.

 

Ce qu’il faut retenir, c’est que lorsque l’on emploie l’expression leaflet, on indique clairement que l’on veut un produit de qualité. Ce n’est pas toujours le cas, lorsqu’on ne parle que de flyer.

Bien sûr, la forme et l’utilisation de l’un et de l’autre peuvent être très proches. On comprend qu’on puisse facilement en faire des notions interchangeables.

Cependant, mieux vaut faire les distinctions qui s’imposent pour éviter des incompréhensions qui peuvent être dommageables.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *