On croyait les dépliants une espèce en voie de disparition. Et bien non, les dépliants sont toujours là et bien là. Plus qu’une mode, ils prennent une place dans les plans de communication toujours plus importante.

Pourquoi cela ? Et d’abord pour quelles raisons a-t-on pu penser que les dépliants allaient disparaître et n’être plus qu’un vestige d’un passé glorieux ? Pour deux raisons, semble-t-il.

La première, c’est que là, comme ailleurs, il y eut un temps où l’on disait que le numérique allait reléguer le dépliant à la portion congrue. Moins cher, quasiment instantané, moderne, le numérique ne pouvait que surclasser le papier. Le « print », en langage de communicant.

Et puis, deuxième raison. Avec la sensibilité accrue aux phénomènes environnementaux, il pouvait y avoir quelque chose d’indécent, aux yeux de beaucoup, à ce que des forêts entières puissent disparaître, pour annoncer la dernière promo dans l’hypermarché le plus proche.

En fait, ces deux raisons sont toujours aussi présentes. Mais loin de nuire au dépliant, elles en ont, au contraire, modifier l’usage. De sorte qu’au lieu d’être un moyen de communication dépassé, le dépliant est aujourd’hui un moyen ultra-compétitif. Un de ceux qui « déchirent », comme disent les ados.

Qu’est-ce que c’est que des dépliants ultra-compétitifs ?

Rappelons tout d’abord qu’un dépliant peut être considéré comme un flyer, mais qu’un flyer n’est pas un dépliant. Un dépliant ultra-compétitif est pratiquement toujours un leaflet.

Comment faire un leaflet sans faire un flyer.
Comment faire un leaflet sans faire un flyer.

C’est-à-dire que sa conception, autant que sa réalisation, est très élaborée. Rien à voir avec la conception et la réalisation d’un flyer imprimé avec une seule couleur d’encre et uniquement sur une page recto.

De surcroît, de petite dimension. Cette différence est liée à l’usage que l’on fait du leaflet. Et c’est cela qui le rend irremplaçable.

 

Cas du dépliant touristique

Dans le secteur touristique, par exemple, la plupart des ventes se réalisent via internet. Et pourtant, le dépliant est toujours aussi présent. Pourquoi ?

Parce que si les consommateurs aiment bien faire leur recherche de destination sur internet, une fois sur place, ils aiment bien, aussi, avoir le dépliant qui correspond à la visite qu’ils ont l’intention de faire.

faire un dépliant touristique inspirant
Découvrez comment faire un dépliant touristique inspirant

A vrai dire, le dépliant sur place va leur servir de deux façons. D’abord, pour préparer leur visite avec horaires, plan d’accès, tarifs, etc. Ensuite, pour en garder le souvenir.

 

Cas du dépliant professionnel

C’est un peu la même chose qui se passe dans le cadre d’un salon professionnel. Il est facile pour un visiteur de garder les dépliants des stands qui l’ont intéressés, avec épinglée dessus, le cas échéant, la carte de visite de la personne rencontrée sur le stand.

De ce fait, la durée de vie d’un dépliant est plutôt longue.

Autrement dit, ce qui fait qu’un dépliant est ultra-compétitif, c’est que celui ou celle qui le reçoit a tendance à le garder longtemps.

 

Comment fait-on des dépliants ultra-compétitifs ?

Encore une fois, un dépliant ne se conçoit pas comme un flyer. Il est beaucoup plus sophistiqué.

Cela se comprend. Un flyer a pour but principal d’annoncer un évènement à très court terme, sur une zone de chalandise bien identifiée. Un dépliant est le résumé d’un service ou d’un ensemble de produits qui doit marquer clients ou prospects et les inciter à nouer une relation qui peut être de long terme.

 

La palette des éléments à la disposition des graphistes pour réaliser un dépliant ultra-compétitif est très riche. On y trouve, notamment, le choix d’un format, du nombre de volets, d’un grammage, d’une typographie, d’un design et d’une finition.

quel type de carte sur dépliant
Dépliant avec carte intégrée ?

Cette palette est au service du message à faire passer. Il est plus que souhaitable de respecter un certain ordre et de hiérarchiser les informations données par le dépliant.

En général, le premier volet présente globalement l’entreprise et le dernier donne des renseignements sur la manière de la contacter. Entre les deux, le dépliant indique les principaux avantages de ce que propose l’entreprise.

Retrouvez ces dépliants ici.

Il ne s’agit pas ici de donner toutes les caractéristiques techniques de son offre. Mais, d’agencer ses avantages de telle façon que clients et prospects veuillent en savoir plus et contactent l’entreprise physiquement ou viennent naviguer sur son site internet.

Dans ce dernier cas, une technique traditionnelle d’outbound marketing se combine avec la technique nouvelle d’inbound marketing pour optimiser la démarche marketing.

Ce qui revient à dire que dès lors que l’entreprise dispose d’un site web, il est quasiment certain qu’un dépliant, judicieusement conçu, va contribuer à en accroître le trafic.

 

Le dépliant, élément clé de toute stratégie marketing

Parce qu’il est durable et qu’il se combine parfaitement bien avec des actions de marketing digital, le dépliant est plus que jamais un élément clé de n’importe quelle stratégie marketing.

Notons que la durabilité ne résulte pas seulement de la longévité, mais aussi de la prise en compte de la problématique environnementale.

Le « print » s’intègre, désormais, parfaitement bien dans un processus de développement durable. Des labels comme « imprim’vert » ne sont attribués aux professionnels de l’imprimerie qu’à la condition qu’ils respectent un ensemble de procédures particulières destinées à réduire l’impact de leur activité sur l’environnement.

 

Quant aux dépliants, on comprend bien qu’ils aident d’autant mieux à maîtriser cet impact qu’ils ont pour effet de limiter les impressions massives, rendues obsolètes par la mise en service de sites web performants.

Dans ces conditions, les dépliants occupent une place forcément privilégiée dans l’arsenal qu’une entreprise peut mobiliser pour communiquer sur ses services ou ses produits. Et d’évidence, il est souhaitable qu’elle en démultiplie les effets en prévoyant plusieurs séries de dépliants, suivant les objectifs de sa politique marketing.

 

L’exemple de la Saint Valentin

La saint Valentin en fournit un bel exemple. Difficile d’imaginer que l’entreprise ne cherche pas à profiter d’un moment qui sera énormément relayé par tous les médias. Gratuitement ! Ce qui suppose qu’elle ait à sa disposition un dépliant spécifique.

En effet, le dépliant réalisé à l’occasion de sa dernière participation au salon professionnel où elle a coutume d’être présente est certes excellent, mais pas forcément adapté à des circonstances comme la saint Valentin.

Par ailleurs, recourir à des formats rappelant la fête des amoureux comme, par exemple, des formats en forme de cœur est bien venu pour le 14 février, mais un peu moins pour les mois suivants.

Bref, toutes les actions envisagées doivent être cohérentes les unes avec les autres. Si une opération « saint Valentin » est mise en œuvre, les kakémonos à l’intérieur du point de vente, l’emballage des produits sélectionnés pour l’opération, les dépliants qui détaillent l’offre produit, le site web qui la reprend se doivent d’être en résonance les uns avec les autres pour le meilleur retour sur investissement possible de l’action marketing.

 

Se faire aider par un studio graphique

Compte tenu de tous les éléments qui précèdent, le recours à un site on-line pour réaliser ses dépliants constitue un gros avantage. Du simple fait, déjà, qu’il soit, notamment, accessible à tous moments. En outre, la plupart du temps, son ergonomie facilite incontestablement les choix à faire. 

Et le tout, à des prix très modérés, avec des conditions de livraison qui peuvent être extrêmement rapides. C’est en particulier ce que peut faire, par exemple, un site comme PrintBasPrix. Mais, il n’en demeure pas moins que pour une plus grande efficacité l’accompagnement d’un studio graphique peut s’avérer déterminante. Là encore des sites comme PrintBasPrix qui disposent d’un tel service s’avèrent très précieux.

 

Le dépliant, effet de mode ou outil de communication incontournable ? La réponse semble aller de soi. Le dépliant ne s’utilise plus comme à l’époque de la « réclame », mais, il s’insère, avec bonheur, dans une chaîne de communication, dont il est un maillon essentiel et rationnel, comme d’ailleurs l’ensemble des outils de communication « print ».

Reste à savoir, pour finir, si cette chaîne est, principalement, axée sur la délivrance d’un message par rapport à un produit ou sur la défense d’une expérience client portée par une marque.

Dans un cas, on suit le modèle publicitaire dit « de transmission », dans l’autre, le modèle publicitaire dit « relationnel ». Pour Christian Michon, auteur du « Marketeur », il est clair que :

Comprendre le fonctionnement de la démarche publicitaire, c’est comprendre les modèles de communication et de persuasion qui décrivent la nature de la relation entre l’émetteur du message et le récepteur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *