Comme tout univers professionnel fondé sur la technique, l’imprimerie regorge de termes qui renvoie à des réalités très précises. La brochure en format à l’italienne en fait partie. Tout le monde, à un moment ou à un autre, a eu entre les mains une brochure à l’italienne.

C’est donc un format courant, aussi bien dans les grandes entreprises que dans les PME ou les TPE, même s’il ne l’est pas autant que les formats dit à la française.

Cependant, cette norme est bien plus marquée par ses origines qu’on ne le pense généralement. Et cela influe sur l’utilisation que l’on peut en faire.

Par ailleurs, le choix d’un format à l’italienne n’est pas neutre en termes de coûts d’impression et de rangement. Sur le plan technique, ses caractéristiques peuvent, notamment, rendre plus délicate une impression numérique.

 

Origines du format à l’italienne

Pour désigner ce type de format, on peut utiliser, en réalité, les trois expressions :

  • Format oblong.
  • Format « landscape » ou paysage.
  • Format à l’italienne.
Origines du format à l'italienne
Origines du format à l’italienne

Le dénominateur commun à ces trois expressions est de désigner un format dans lequel la hauteur du document imprimé est plus petite que sa largeur. Autrement dit, tout document imprimé dans ce format est un rectangle, dont le côté le plus long constitue la base.

Par exemple, pour un roman, dont le format classique est un format A5, soit 14,8x21cm, une impression à l’italienne donne donc une hauteur de 14,8 cm et une largeur de 21 cm.

 

Format oblong

C’est l’expression la plus ancienne pour décrire ce format. C’est ainsi qu’il est défini dans le livre d’Emile Leclerc, intitulé « Nouveau manuel complet de typographie« , publié en 1897.

 

Format paysage

L’expression dérive directement de l’expression anglaise et traduit le mot « landscape ». C’est aujourd’hui, l’expression la plus fréquemment utilisée.

Cela tient, sans doute, à la généralisation des ordinateurs personnels et à l’habituel choix de format, portrait ou paysage, proposé par les logiciels de traitement de texte, d’origine anglo-saxonne.

 

Format à l’italienne

L’usage de cette expression a précédé celui de format paysage et s’est formé par opposition au format dit à la française. Son origine vient du format des BD italiennes, « a strisce », « à bandes », dites aussi fumetti, « petites fumées ».

Les fumetti, ce sont les bulles par lesquelles les personnages de BD dialoguent.

 

La BD et le format à l’italienne

Maurice Cuvillier s’en est inspiré pour créer, à partir de 1941 et jusqu’en 1958, ses célèbres albums « Sylvain et Sylvette «  pour le compte des éditions Fleurus. Il en a été de même pour les premiers albums de Gaston Lagaffe, créés par Franquin et Jidéhem et publiés, entre 1964 et 1967, par les éditions Dupuis.

Les grands albums de Sylvain et Sylvette, tome 1 : Bienvenue à la chaumière
Les grands albums de Sylvain et Sylvette, tome 1 : Bienvenue à la chaumière

A l’origine du format de ces BD, il y a certes l’exemple des BD italiennes avec leurs personnages comme Tex Willer ou Pepito, mais surtout le fait qu’elles s’adressent à un jeune public et que la lecture horizontale lui est plus commode.

 

La brochure en format à l’italienne

Le choix d’une brochure en format à l’italienne n’est pas le plus fréquent, même s’il est courant. Les donneurs d’ordre préfèrent, en général, pour leurs brochures, le format classique, à la française, autrement dit, le format « portrait ».

 

Le format classique, à la française
Le format classique, à la française

Sauf, quand le contexte marketing les y incite.  Il y a principalement deux raisons à cela.

  • La première est d’ordre technique et financière. L’impression d’un texte en format à l’italienne peut être contraignante, d’autant que les dimensions sont souvent celles du format A 4, 21×29,7cm.

En effet, suivant les dimensions retenues, il peut être difficile de lancer une impression numérique sans lui associer également une partie en offset. En particulier, la couverture et la reliure.

De ce fait, les coûts de l’impression d’une brochure en format à l’italienne peuvent être plus élevés que l’impression de la même brochure en format à la française. Néanmoins, on peut réduire l’écart entre les coûts, en faisant, notamment, appel à un site spécialisé comme PrintBasPrix et en sélectionnant, par exemple, son offre de brochure A5 paysage avec couverture.

 

  • L’autre raison est d’ordre pratique. Il n’est pas toujours présentable de ranger sur une étagère une brochure en format à l’italienne au milieu d’autres brochures en format à la française.

Elles prennent inévitablement plus de place et chamboulent le bel ordonnancement d’une rangée essentiellement constituée de documents ou de livres en format à la française. Évidemment, tel n’est pas le cas, si on utilise ce format pour classer des documents dans des classeurs A 3, par exemple, que l’on met, ensuite, dans des armoires de bureau adaptées.

 

Cependant, c’est ce côté « dérangeant », ou plutôt original, qui en fait tout l’intérêt d’un point de vue marketing.

 

A quoi sert une brochure en format à l’italienne ?

C’est un fait, une brochure en format à l’italienne se remarque plus qu’une brochure en format portrait. D’abord, comme on l’a dit, parce qu’elle est moins fréquente et qu’elle n’est pas facile à mettre de côté, mais aussi parce qu’elle a une connotation « friendly », très présente dans les BD pour enfants ou les magazines de comptines.

Ce sont là trois avantages que la communication sur un produit ne saurait négliger.

Par suite, on peut dire que le choix d’une brochure en format à l’italienne convient d’autant mieux que le produit, le service ou le commerce qu’elle présente est différent, nouveau et « friendly ».  Dans ce cas, le format à l’italienne vient appuyer, par lui-même et de manière cohérente, l’identité du produit.

 

A quoi sert une brochure en format à l'italienne?
A quoi sert une brochure en format à l’italienne?

Notons, enfin, qu’une brochure à l’italienne est une brochure très intéressante quand on fait de la publicité ayant recours à beaucoup de photos. Elle permet, en effet, de bien les mettre en valeur, soit en double page ordinaire, soit en double page centrale, surtout quand la brochure est de dimension A4.

C’est pourquoi on la conserve plus longtemps qu’une brochure ordinaire. Et de ce point de vue, il s’agit d’une modalité d’impression qui s’inscrit bien dans une démarche de développement durable

Ce sont, sans doute, ces deux derniers points qu’il convient de retenir, principalement, de la brochure à l’italienne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *