L’impression d’une affiche sur laquelle on a beaucoup travaillé sur ordi est un phase très délicate. Et le fait est qu’une impression insuffisamment réfléchie peut réduire à néant de longues heures de création et de mise en forme d’un design génial. Pour qu’il n’en soit pas ainsi, il est impératif de concevoir globalement la création et l’impression d’une affiche personnalisée. Ce qui, pour ce qui concerne ce dernier point, suppose de s’assurer, au moins, de la qualité de la résolution de images utilisées, de celle du rendu des couleurs et, enfin, de celle du papier retenu pour l’impression. Ces trois aspects n’excluent évidemment pas le soin à apporter à la qualité de la préparation du fichier transmis pour impression.

Veiller à une bonne netteté des images d’une affiche personnalisée

Elle dépend de trois facteurs : du niveau de DPI, de la trame d’impression retenue et de l’emplacement de l’affiche personnalisée. 

Le niveau de DPI d’une affiche personnalisée

Le niveau de DPI détermine le niveau de résolution d’une image. Il ne faut pas le confondre avec la définition d’une image. Le premier s’exprime en DPI, la seconde en Pixels.

Les DPI, ce sont les « Dots Per Inch ». Autrement dit, le nombre de points de couleur par pouce. Parce que la reproduction d’une image ne se fait pas telle quelle. Elle implique une transformation. Et quand cette transformation utilise un procédé digital ou numérique, ce qui est, désormais, le cas le plus fréquent, elle se fait avec des « dots ». 

Et là, quand l’image en question est transférée sur un écran informatique, on n’a besoin de moins de DPI que lorsqu’elle est transférée sur du papier. Pourquoi ? Parce que plus l’image a de DPI, plus elle met de temps à être téléchargée. D’où une résolution standard de 72 DPI qui a fini par s’imposer pour les écrans informatiques.

Mais, cette même résolution donne une impression très floue sur papier. Raison pour laquelle la résolution standard y est de 300 DPI. Comme on peut le voir, ci-dessous, avec les deux clichés comparant une impression papier en 72 DPI à une impression papier en 300 DPI.

 

72 dpi vs 300 dpi
72 dpi vs 300 dpi

 

La trame d’impression

En imprimerie, il y a deux façons de répartir les points de couleur sur le papier d’impression, ce qu’on appelle la trame d’impression, la méthode stochastique et la méthode classique, dite aussi demi-teinte conventionnelle.

Avec la première, les points, de même taille, se répartissent de manière aléatoire et c’est la différence dans leur concentration qui permet de rendre les contrastes et les effets de l’image de base. 

Avec la seconde, la demi-teinte conventionnelle, tous les points sont répartis uniformément, mais ils ne sont pas de même taille et celle-ci varie en fonction du rendu qu’on veut obtenir. 

En général, on retient la méthode stochastique, plus sophistiquée à mettre en œuvre, pour les impressions artistiques. En effet, cette méthode permet une meilleure maîtrise des nuances.

 

 

Photo différence entre trame d'impression classique et stochastique
Photo différence entre trame d’impression classique et stochastique

 

L’emplacement de l’affiche personnalisée

L’emplacement d’une affiche personnalisée est un élément déterminant pour apprécier la résolution et la trame d’impression qui vont lui être nécessaires pour une netteté optimale. 

De fait, si elle doit être vue de loin, une DPI de 300 et une trame d’impression stochastique ne sont guère utiles. On ne voit pas la différence avec une affiche personnalisée ayant une DPI inférieure et une trame d’impression classique. En bref, la distance abolit le manque de finesse. 

 

L'emplacement de l'affiche personnalisée
L’emplacement de l’affiche personnalisée

A l’inverse, une vue rapprochée implique le maximum de DPI. Ce qui ne signifie pas supérieure à 300 DPI, car là encore l’œil ne perçoit pas la différence. À noter que le fait de réduire les dimensions d’un image se traduit mécaniquement par une augmentation de sa résolution. Autrement dit, plus c’est petit, plus c’est net.

Ce qu’il faut retenir

Ce qu’on peut retenir de ces observations, c’est que la netteté de l’impression d’une affiche personnalisée n’est pas figée. Le besoin que l’on en a est fonction de son usage. Avant de la définir, il convient donc de savoir à quel public elle va s’adresser. Les attentes d’un public de retraités, par exemple, ne sont, bien évidemment, pas les mêmes que celles d’un public ado.

 

Contrôler le rendu des couleurs d’une affiche personnalisée

Il faut le rappeler, car on n’a que trop tendance à l’oublier, mais les couleurs d’un écran d’ordi ne sont pas celles de l’impression papier. On peut donc avoir une image avec la netteté voulue, mais avec des couleurs « pisseuses », une fois cette image imprimée. Tout simplement parce que la palette de couleurs d’un écran d’ordi est de moindre qualité que celle utilisée en imprimerie. 

C’est une question de mode colorimétrique. Un écran d’ordi fonctionne avec le mode colorimétrique Rouge Vert Bleu (RVB), RGB en anglais, moins gourmand en mémoire, alors que le matériel d’imprimerie, petit ou grand, utilise le mode colorimétrique Cyan Magenta Jaune Noir (CMJN), CMYK en anglais. 

 

Les couleurs d'un écran d'ordi ne sont pas celles de l'impression papier. 
Les couleurs d’un écran d’ordi ne sont pas celles de l’impression papier.

 

Le mécanisme de la conversion RVB en CMJN

Il convient donc de ne pas oublier de convertir une image d’ordi RGB en image CMJN avant de la transmettre à son imprimante ou à l’imprimeur. Soit on le fait à partir d’une application comme Adobe Photoshop, soit on télécharge un convertisseur de mode colorimétrique. À noter que mieux vaut faire cette conversion dès le début du travail graphique, plutôt que de la faire après coup.

 

Le mécanisme de la conversion RVB en CMJN
Le mécanisme de la conversion RVB en CMJN

 

Demander un BAT

Pour compléter le tout, et quoi qu’il en soit, il faut pouvoir contrôler sa conversion colorimétrique avec un bon à tirer (BAT). Tous les imprimeurs ne le proposent pas. Mais, en général, quand il est proposé gratuitement, c’est un bon critère de sélection pour choisir un imprimeur.

 

Ce qu’il faut retenir 

C’est qu’avant de transmettre un fichier pour impression, il convient de s’assurer que les couleurs de l’affiche personnalisée vont bien être celles qui ont été prévues. Ce qui suppose que la conversion du mode colorimétrique ait été correctement faite et contrôlée.

 

Choisir le bon papier

Il y a papier et papier. Tout dépend des finitions et de la nature de l’affiche personnalisée. D’évidence, le rendu d’une affiche personnalisée dépend de la qualité du papier sur laquelle elle est imprimée. Et, bien sûr, de l’importance de son tirage. Il est certain qu’une impression à un exemplaire peut se faire plus facilement sur un papier de très haute qualité qu’une impression à plusieurs dizaines de milliers d’exemplaires. Tout simplement, et essentiellement, pour des raisons de coût et de finitions.

 

Les différentes sortes de papier 

On distingue, en général, le papier ordinaire, celui qu’on trouve dans les bacs des imprimantes personnelles ou professionnelles, et le papier de luxe qu’on utilise pour des éditions de très haute qualité, comme celles des catalogues d’exposition ou pour l’impression de cartes de visite de luxe, ou encore, de digigraphies ou d’affiches personnalisées.

Les différentes sortes de papier 
Il y a de nombreuses sortes de papier

La qualité d’un papier haut de gamme dépend, notamment, de son mode de fabrication et de son épaisseur. Un papier haut de gamme est au minimum un papier couché. Mais suivant le rendu qu’on veut obtenir, en coloration et au toucher, on peut jouer aussi avec les particularités, par exemple, du papier vergé ou du papier vélin. 

Quant à l’épaisseur, autrement dit le grammage, tout dépend, là encore de l’effet que l’on veut produire. Plus le papier est épais, plus il donne une impression de luxe. D’une manière générale, les affiches et les posters ont un grammage compris entre 90 et 180 gr/m2.

Mais, pour un poster avec une bonne qualité de photo, un papier couché 235 gr satiné donne d’excellents résultats.

 

 

Papier vergé
Papier vergé

 

Les différentes sortes de finitions

Avec un papier haut de gamme, on peut renforcer facilement le design d’une affiche personnalisée en le complétant par des finitions telles que des dorures à chaud, du thermo-relief ou encore des vernis, par exemple, sélectifs.

 

Impression carte de visite / Impression carte de visite vernis
Impression carte de visite vernie

 Ce qu’il faut retenir

Les différentes sortes de papier et de finitions offrent de multiples possibilités d’expression pour renforcer l’esthétique d’une affiche personnalisée. Ce double aspect doit faire partie de la réflexion précédant sa réalisation. 

En résumé : 

Au fond, on se rend vite compte quand on veut faire une belle affiche personnalisée qu’il est essentiel de bien réfléchir à son public et à l’usage qu’on veut en faire. À partir de là, il est plus facile de déterminer la résolution et la trame d’impression nécessaires pour ses photos. 

Mais, quoi qu’il en soit, le mode colorimétrique doit être absolument le mode CMJN.  Par conséquent, avant de transmettre pour impression le fichier de l’affiche personnalisée, il faut s’assurer que la conversion du mode RVB en mode CMJN a bien été faite. De plus, un contrôle par BAT avant tirage est indispensable. 

Enfin, bien choisir son papier et ses finitions constitue également une étape essentielle. 

 

ne pas hésiter à faire appel à des graphistes professionnels ou à se servir de modèles personnalisables
ne pas hésiter à faire appel à des graphistes professionnels ou à se servir de modèles personnalisables

Les éléments qui précèdent ne sont que les éléments incontournables, à savoir quand on se lance dans la création d’une affiche personnalisée. Cela dit, bien d’autres facteurs entrent en jeu qui expliquent la réussite ou non d’une affiche personnalisée. Et pour cette raison, il est recommandé de ne pas hésiter à faire appel à des graphistes professionnels ou à se servir de modèles personnalisables.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.